Rajeunissement du visage par injection d'acide hyaluronique

Acide Hyaluronique

DEFINITION

Face à la demande de plus en plus forte pour des techniques douces de médecine esthétique (non chirurgicales) visant à lutter contre les effets du vieillissement, le nombre et la qualité des matériaux injectables ont considérablement évolué ces dernières années et leur utilisation est devenue extrêmement fréquente. Il s’agit de produits fluides qui peuvent être injectés, soit pour remodeler certaines parties du visage, soit afin d’obtenir le comblement de rides, sillons ou autres dépressions de la face.


Une séance d’injection peut être réalisée isolément, mais peut aussi préluder ou compléter des techniques médico-chirurgicales de rajeunissement plus radicales telles que resurfaçages (peeling, laser, dermabrasion), blépharoplasties (paupières supérieures et/ou inférieures), liftings etc… Elle peut aussi se faire parallèlement à des injections de toxine botulique visant à diminuer le tonus de certains muscles responsables de l’apparition de rides.


OBJECTIFS

Une injection de produits de comblement se propose de corriger, par un moyen simple et rapide, certains signes de vieillissement ou disgrâces présents au niveau du visage, en remplissant ou en donnant du volume là où cela est nécessaire.


Les corrections les plus fréquemment effectuées peuvent être réparties en quatre catégories :

Habituellement, ces disgrâces ne vont pas complètement disparaître mais seront considérablement atténuées par les injections.

De même, la pérennité de la correction est extrêmement variable selon les produits (cf plus loin) et les patient(e)s, mais dans la plupart des cas la correction n’est que temporaire et le traitement devra être renouvelé pour entretenir le résultat.

Certaines anomalies cutanées (aspérités, petites cicatrices, taches, micro-ridules, « fripé cutané ») ne seront corrigées que par un resurfaçage (peeling, laser, dermabrasion).

Les injections, pratiquées aussi bien chez la femme que chez l’homme, peuvent être effectuées dès 30-35 ans. Toutefois, elles sont parfois réalisées beaucoup plus précocement, lorsque les disgrâces sont constitutionnelles ou héréditaires et non pas liées à l’âge (lèvres, pommettes…).


PRINCIPES

Le principe de base est l’injection d’un produit fluide dans l’épaisseur de la peau ou dans l’espace sous-cutané visant à créer un volume de comblement ou d’augmentation.

Il existe de très nombreux produits disponibles sur le marché, bénéficiant du marquage CE (Communauté Européenne) ou d’une AMM (Autorisation de Mise sur le Marché) délivrée après de nombreux tests à l’instar des médicaments.

L’offre étant en perpétuelle évolution, il est impossible de donner une liste exhaustive des produits existants. On peut toutefois distinguer deux grandes catégories de produits :


Les produits biodégradables : ils vont se résorber progressivement et complètement

- Collagène : d’origine animale – risques d’allergies justifiant deux tests cutanés successifs préalables aux injections – durée de vie de quelques mois, de moins en moins utilisé.

- Acide hyaluronique (Teoxane,Restylane, Surgiderm...) : Un des produits les plus utilisés – origine synthétique, pas de test préalable – durée de vie de 6 à 18 mois en fonction de la zone traitée.

Les produits non biodégradables : persistant in situ pendant plusieurs années, voire indéfiniment

- Silicone : interdit sous forme injectable depuis 1997 en raison d’effets secondaires parfois désastreux.

- Hydrogel acrylique (Dermalive) et Polyméthacrylate de méthyle (Artecoll) : particules synthétiques non biodégradables « véhiculées » soit par de l’acide hyaluronique, soit par du collagène – risque de granulomes réputé élevé (cf plus loin).

- Polyacrylliamide – (Aquamid, Bioalcamid, Outline) : dernier-né sur le marché – sensé durer plusieurs années et donner pas ou peu de granulome, mais en pratique, on note de nombreuses complications nécessitant de retirer le produit à la seringue à plus ou moins long terme.

En cas de correction volumétrique importante (pommettes, menton…) ou chez les patient(e)s allergiques, il conviendra de discuter avec votre praticien de l’intérêt d’une réinjection de graisse autologue. (cf. La fiche d’information : Ré-injection de graisse autologue ou lipofilling ou lipostructure).


AVANT LES INJECTIONS

Il est interdit à tout médecin de pratiquer une injection à une patiente qu’il voit pour la première fois.

En effet, un interrogatoire précis sera réalisé visant à rechercher d’éventuelles contre-indications à certains produits (exemple : allergies, traitement anti- coagulant), à déceler des éléments impliquant une prudence particulière (exemple : herpès pour les infections labiales et péribuccales), ou à préciser la nature d’éventuelles précédentes injections afin d’éviter certaines associations dangereuses de produits sur un même site.

Un examen attentif est confronté à la demande et aux attentes du (de la) patient(e) afin de préciser ce qui est réalisable et ce qui est illusoire.

Les médicaments à base d’aspirine ou d’anti-inflammatoire devront être évités dans les trois jours précédants l’injection.

Il est préférable de ne pas boire d’alcool, ni s’exposer fortement au soleil la veille et le jour de la séance.

Un protocole homéopathique pourra vous être prescrit afin de minimiser les ecchymoses (bleus).


ANESTHESIE

Habituellement les injections se pratiquent sans anesthésie. Toutefois, pour certains produits un peu plus douloureux, chez certain(e)s patient(e)s plus sensibles, ou dans certaines zones difficiles (lèvres et pourtour buccal), on peut prévoir une des deux méthodes existantes :

Crème Emla* : appliquée en couche épaisse sur les zones à traiter au moins une heure avant l’injection, elle permet de diminuer les sensations douloureuses en superficie ;

Anesthésie locale vraie : obtenue par injection d’un produit anesthésiant au début de la séance, elle seule permet d’assurer une insensibilité totale.


L’INJECTION

En fonction du praticien, du nombre de zones à traiter, de l’ampleur des améliorations à apporter, et de la nécessité éventuelle de réaliser une anesthésie, la séance d’injection peut durer de dix minutes à une heure.

En pratique, il existe plusieurs techniques d’injection et chaque médecin adoptera une méthode qui lui est propre et qu’il adapte à chaque cas pour obtenir les meilleurs résultats.

La quantité de produit nécessaire (nombre d'ampoules) est bien sûr extrêmement variable en fonction de très nombreux paramètres. Il sera évalué le plus précisément possible au préalable.

Le plus souvent, il est préférable d’envisager d’emblée une séance de retouche après quelques jours afin d’optimiser le résultat.


APRES L’INJECTION

Les six premières heures il vaut mieux rester au calme, se reposer et s’abstenir de tout effort violent. Il est aussi souhaitable d’éviter autant que possible de mobiliser sont visage (pas de mimique, ne pas trop parler ni rire). Pendant quelques jours, il sera préférable d’éviter l’alcool, l’aspirine, les anti-inflammatoires, le soleil, les UV et le sauna.


Les suites immédiates peuvent éventuellement être marquées par l’apparition d’un œdème (gonflement) et d’une rougeur cutanée dont l’importance et la durée sont très variables selon les produits et d’un individu à l’autre, mais qui restent habituellement modérés (n’interdisant pas le retour à une vie socioprofessionnelle normale très rapidement) et disparaissent au bout d’un à trois jours. Sur les lèvres toutefois, l’œdème, souvent plus marqué peut parfois durer une semaine.

Plus rarement, on peut observer durant les premiers jours, au niveau des points d’injections, une certaine sensibilité de la peau, des démangeaisons, une pâleur cutanée, une hyperpigmentation, ou de petites ecchymoses ponctuelles (bleus).

Il faut noter que les premiers jours, il peut exister quelques irrégularités temporaires dûes à la répartition non-homogène de l’œdème, ou un aspect d’hypercorrection (en relief) qui va progressivement disparaître, avec un massage doux si votre praticien le recommande.


RESULTATS

Un délai de quelques jours est nécessaire pour apprécier le résultat définitif. C’est le temps nécessaire pour que le produit se soit bien intégré, que l’œdème ait disparu et que les tissus aient retrouvé toute leur souplesse.

Le résultat immédiat après traitement n’est donc pas le reflet du résultat final.

Les injections auront permis de corriger les problèmes visés, rectifiant ainsi de façon discrète et naturelle l’aspect vieilli,fatigué et creusé du visage. A noter que les injections de comblement, contrairement aux injections de Toxine Botulique, n’altèrent pas la mobilité des muscles de la face et ne réduisent donc pas les expressions du visage.

Habituellement, les disgrâces traitées sont très nettement atténuées par les injections, mais ne disparaissent pas toujours complètement. En effet, certaines localisations sont particulièrement difficiles à traiter et il existe des rides profondes et anciennes qui ne pourront jamais être complètement effacées.

On a vu que la durée d’action est extrêmement variable selon les produits (résorbables ou pas), mais aussi selon les zones à traiter (moins durables sur les lèvres), la technique d’injection, et les patient(e)s en fonction du type de peau, de l’hygiène de vie (stress, tabac, alcool, soleil…) et du degré de perfection recherché. Dans la plupart des cas cependant, la correction n’est que temporaire et le traitement devra être renouvelé après quelques mois ou années pour entretenir le résultat.


EFFETS SECONDAIRES INDESIRABLES

Tout acte médical si minime soit-il, comporte un certain nombre d’incertitudes et de risques.

En choisissant un praticien qualifié, formé spécifiquement à ces techniques d’injection et sachant choisir le produit le mieux adapté à votre cas, vous limitez ces risques sans toutefois les supprimer complètement, d’autant plus que la majorité des problèmes potentiels sont inhérents au produit lui-même et aux réactions qu’il peut induire de façon imprévisible :

réactions allergiques : elles sont essentiellement l’apanage du collagène et devraient être évitées par les tests préalables ;

réactions locales post-injections : on a vu que peuvent parfois se rencontrer œdème, rougeur, pâleur, irrégularités, sensibilité, démangeaisons, ecchymoses. Ces réactions ne sont toutefois que temporaires ;

poussée d’herpès labial : chez les sujets prédisposés ;

réaction inflammatoire aiguë ou chronique : possible après injection secondaire dans une zone ayant déjà été injectée avec d’autres produits, en particulier non résorbables, d'où l'importance de signaler toute injection antérieure.

granulomes : bien que rares, c’est la complication la plus « classique ». Il s’agit de petits nodules indurés, plus ou moins sensibles, perceptibles au toucher, parfois visibles et inesthétiques, se présentant souvent « en chapelet » le long d’une ligne d’injection. Ils correspondent à une réaction inflammatoire localisée pouvant évoluer par poussées. Ils peuvent apparaître quelques jours à quelques semaines après l’injection. Avec les produits résorbables ils sont beaucoup plus rares (exceptionnels avec les Acides Hyaluroniques) et surtout, ils sont alors la plupart du temps spontanément régressifs en quelques semaines (quelques mois pour le collagène).

A l’inverse, les granulomes observés avec les produits non résorbables sont malheureusement plus fréquents, peuvent apparaître plus tardivement (même plusieurs années après l’injection) et sont souvent plus importants et plus durables (parfois plusieurs années) ;

- complications rarissimes : quelques cas ont été décrits de rougeur persistante plusieurs semaines, d’abcès ou de nécrose cutanée, localisés sur un point d’injection.


Au final, il ne faut pas dramatiser les choses en surévaluant les risques, mais simplement prendre conscience qu’une injection de produit de comblement, même apparemment simple puisque non chirurgicale, comporte toujours une petite part d’aléas.

Le recours à un praticien qualifié vous assure que celui-ci a la formation et la compétence requises pour essayer d’éviter ces problèmes, ou les traiter efficacement le cas échéant.

Il est important que vous notiez soigneusement la nature du produit injecté afin de pouvoir en aviser un autre praticien qui serait éventuellement amené à vous prendre ultérieurement en charge.